4 - ... et les fées sont apparues

Et puis, les fées sont apparues dans mes toiles...

bandeau-copie-1.jpg

  Mon inspiration ( le thème )

  La planète est en danger! Tout le monde s’accorde à le dire. Pollution, destruction, exterminations, surexploitation, déchets, etc...

"L'homme est un danger pour l'homme", c’est bien connu!


Il est effectivement son principal prédateur et aussi celui qui détruit son propre cadre de vie.

L'homme est le seul animal sur terre à détruire son habitat.
Il détruit les forêts, la mer, les insectes ...
Il ne réalise pas que la forêt et la mer lui fournissent l'oxygène dont il a besoin et que ce sont des régulateurs de pollution.
L'apprenti sorcier est-il en train de laisser s'emballer la machine...
Le point de non-retour a-t-il été atteint???  
Cet homme qui est un danger pour lui-même me fascine... Les images de ses actes de violence ou de destruction sont abondamment traités en photographie...

Ce que je raconte dans mes peintures (le message) :

J’avais envie de tenter une autre approche que celle du simple “témoin visuel”. 

Une démarche plus à la façon des peintres narratifs du XV eme siècle, qui transposaient l’histoire sainte dans l’histoire contemporaine, en exaltant les événements de l’Évangile dans une atmosphère de splendeur chevaleresque...

Ma démarche est aussi en accord avec celle apparue dans les années 60, “la Figuration narrative”. Les peintres s’intéressent aux mythologies quotidiennes (politiques, sociales, morales) et traitent la narration de manière singulière : s’inspirant d’ images véhiculées par la presse, le ciné, la pub ou la bande dessinée...
J’aime explorer les ressources de la narration, en empruntant souvent la voie de la fiction.



“Mes dernières toiles impliquent donc les fées dans les destructions causées par les humains.”

Elles tentent d’intervenir, mais certaines se laissent aussi prendre aux pièges que semblent avoir tendu les hommes. Le message est clair, “ les fées sont en danger!”.

Pourtant, les fées sont connues pour leurs pouvoirs surnaturels...  dont l’instrument a toujours été la baguette magique.

 

Les pouvoirs de cette baguette magique semblent s’être amenuisés... Les fées l’ont remplacé par une épée.
Serait-ce la preuve que le point de non-retour a été atteint ???
Les petites fées sont dorénavant entrées en guerre, et leur premier combat va être livré pour la sauvegarde des océans.

Pourquoi les fées ont-elles choisi ce premier combat?


Parce qu’il y a 3,5 milliards d’années, la vie est apparue en mer. Et l’homme qui lui, apparaît il y a à peine 3,5 millions d’années, ne s’en rappelle déjà plus...

Force est de constater, qu’entre l’Homme et la Mer, il y a hélas, une incroyable histoire de désamour! La preuve absolue en est que nous avons moins investi dans la recherche océanographique depuis notre apparition sur terre, qu’en quelques années pour les premiers pas sur la lune de Messieurs Neil Armstrong et Buzz Aldrin à bord d’Apollo 11.

 

Je voudrais citer ces quelques lignes de Joseph Conrad.
“Le Miroir de la Mer”
Malgré qu’on l’ait tant de fois célébrée en prose comme en vers, la mer n’a jamais été une amie pour l’homme…
Impénétrable et sans cœur, la mer n’a rien livré d’elle-même à ceux qui ont brigué ses précaires faveurs. Différente en cela de la terre, elle ne peut être subjuguée au prix d’aucune patience et d’aucun effort. Malgré sa fascination qui a fait de tant d’hommes la proie d’une mort violente, son immensité n’a jamais été aimée comme l’ont été les montagnes, les plaines et même le désert…

Repost 0